Chambres

Les amateurs d’artisanat ne manqueront pas d’apprécier la finesse du travail effectué par plusieurs créateurs pour apporter un surcroît d’âme aux chambres. Les broderies, tasses, pagaies qui ornent chacune d’elles ont été spécialement conçues pour l’auberge, afin d’ajouter au paysage enchanteur un décor sur mesure, inspiré de l’histoire de l’île.

Les broderies qui indiquent le numéro des chambres ont été réalisées par Katy Lemay. Les tasses et autres objets en céramique, modelés sur la forme du phare, ont été confectionnés par Catherine Auriol. Les rembourrages des meubles et des coussins, originaux, sont l’œuvre d’Anne-Marie Dion. Les pagaies ont été peintes par Annie Lajeunesse. Guylaine Bordeleau et Francine Kazemirchuk ont, quant à elles, conçu les courtes pointes qui recouvrent les lits. Les macramés proviennent des mains adroites de Karèle Bellavance. Les luminaires qui nimbent l’atmosphère avec leurs cordages étincelants sont signés Annie Legault. La couture des rideaux et jupes de lit a été soigneusement conçue par Louise Dupont. Enfin, les catalognes à l’ancienne et les divers tissages ont été crées par le cercle des Fermières de Havre-Saint-Pierre.

Le décor de vos nuits

MAISON DU GARDIEN

101- Clyde

Naufrage en 1857
Non disponible en 2017
Type régulière
Salon polyvalent
Divan lit double
Occupation simple ou double

C’est la chambre qu’occupait habituellement le gardien du phare. Elle offre une vue plongeante sur la pointe de l’île par une fenêtre d’où vous pourrez guetter les soubresauts de Dame Nature et l’arrivée des visiteurs par la mer.

102- North Briton

Naufrage en 1861
Type régulière
1 lit double
Occupation simple ou double

Il s’agit d’un petit salon qui permet aux convives de se détendre dans une ambiance paisible.

201- Henry de Puyjalon

Gardien de 1888-1891
Type confort
1 lit Queen
Occupation simple ou double

De cette chambre tournée vers le nord, vous pourrez contempler au loin le village de Longue-Pointe-de-Mingan et sa plage infinie, ainsi que les montagnes assoupies de l’arrière-pays de la Minganie.

Henry de Puyjalon fut le premier gardien du phare de l’île aux Perroquets, à partir de 1888. Né en France et arrivé au Canada en juillet 1879, il a grandement contribué à faire connaître les ressources naturelles de la Côte-Nord dans plusieurs ouvrages. Il décrit un milieu qu’il a aimé et quelques-uns de ses habitants, lièvres, outardes, loups-cerviers, en une langue empreinte d’émotion.

202-Charles Eustache Forgues

Gardien de 1891-1892
Type régulière
2 lits simples
Occupation simple ou double

Il s’agit de la chambre située au plus près de la falaise. Vos yeux rivés sur l’extérieur par la fenêtre, vous ferez corps avec les colonies d’oiseaux qui voltigent gracieusement dans le ciel de l’île aux Perroquets.

Cet arpenteur de profession a occupé la fonction de gardien pendant quelques mois à peine. Il s’est noyé avec son assistant en mai 1892, en allant chercher une sage-femme à Longue-Pointe-de-Mingan pour assister son épouse qui devait accoucher quelques jours plus tard.

203- Placide Vigneau

Gardien de 1892-1912
Type confort
1 lit queen
Occupation simple ou double

Orientée vers l’ouest, cette chambre vous permettra de garder la lumière puisque le phare y brille juste à côté. Les gardiens de phare étaient autrefois appelés « gardiens de la lumière ».

Après avoir été pêcheur et gardien de goélette, Placide Vigneau entame à 50 ans sa carrière de gardien de phare. Il exercera ce métier pendant 20 ans, avant de laisser la place à son fils Hector.

204-Hector Vigneau

Gardien de 1912-1947
Type confort
1 lit queen
Occupation simple ou double

La chambre d’Hector Vigneau vous permettra de veiller sur le feu qui guide les navigateurs depuis 1888.

Fils de Placide, Hector détient le record de longévité comme gardien à l’île aux Perroquets. Il est demeuré en poste durant 36 ans.

MAISON DE L’ASSISTANT GARDIEN

301- John A. Collin

Gardien de 1976-1978
Type confort
Occupation simple ou double

Elle est la seule à offrir deux fenêtres à ses occupants. La chambre de John vous comblera à la fois d’une vue sans pareille sur la mer et de la protection du phare.

D’abord assistant de son beau-frère Robert Kavanagh, John A. Collin occupera bientôt le poste de gardien, avec la mission d’automatiser la station de l’île aux Perroquets. Il est ensuite allé travailler au phare de l’île du Corossol près de Sept-Îles.

302-Mary C. Kavanagh

Femme de Robert J. Kavanagh
Type confort
Occupation simple ou double

La chambre de Mary est la plus féminine de l’auberge. Elle a été imaginée et décorée pour rendre hommage à cette femme qui a laissé un ouvrage inspiré sur l’histoire de l’île, simplement intitulé « Femme de gardien de phare ». Cette chambre offre une vue sur la mer et sur le phare.

« Je ne suis pas la seule à confondre l’île. Ainsi, dans la brume froide et humide du matin, les navigateurs qui font cap vers l’est en empruntant la porte ouest de l’archipel de Mingan perçoivent souvent l’île aux Perroquets comme un énorme bateau surgi de nulle part. Par temps calme, ce bateau semble être au mouillage; lorsqu’un bon vent pousse la mer, on dirait que le bateau brise les vagues. Cette illusion persiste tant que les bâtiments de l’île ne sont pas clairement distingués. L’escarpement, le phare qui tient lieu de cheminée, l’éperon rocheux semblable à une étrave, ce décor en trompe-l’œil a laissé songeur plus d’un capitaine. »

Mary Collin-Kavanagh, Femme de gardien de phare, 2003

303-Robert J. Kavanagh

Gardien de 1947-1976
Type régulière
Occupation simple ou double

Orientée vers l’ouest, cette chambre offre un point de vue sans équivalent sur les soleils couchants dans l’horizon bleuté du golfe.

Robert Kavanagh avait travaillé au phare de Pointe-de-Monts comme assistant avant d’être nommé gardien à l’île aux Perroquets. Il s’y installe à une époque où la fonction de gardien de phare se transforme sensiblement. Le nouveau phare, la nouvelle maison du gardien et celle de l’assistant seront construits sous sa responsabilité, en 1951.

À partir de 250,50$ / Personne